Clause résolutoire et redressement judiciaire

Le jugement ouvrant une procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire à l’encontre d’une entreprise interdit aux créanciers d’engager une action en justice contre celle-ci pour obtenir la résolution d’un contrat pour défaut de paiement d’une créance née avant ce jugement (C. com. art. L 622-21, L 631-14 et L 641-3).

Que se passe t il en cas de clause résolutoire acquise avant l’ouverture de la procédure collective ?

Comment faire échec à la clause résolutoire ? Comment garder son bail ?

La solution est différente selon qu’il s’agit d’un bail commercial ou de tout autre contrat de location

Cette différence de traitement trouve sa justification dans la protection particulière qu’offre l’article L 145-41 du Code de commerce au titulaire d’un bail commercial, en lui permettant de demander la suspension des effets de la clause résolutoire et l’octroi de délais de paiement tant que la résiliation du bail commercial n’a pas été constatée par une décision passée en force de chose jugée.

Pour un bail commercial

 Pour le bail commercial : le bailleur ne peut se prévaloir d’une clause de résiliation de plein droit du bail pour non-paiement des loyers échus avant la procédure collective du locataire que si l’acquisition de la clause de résiliation a été constatée par une décision de justice passée en force de chose jugée avant l’ouverture de la procédure collective (notamment, Cass. com. 28-10-2008 n° 07-17.662 F-PB : RJDA 8-9/09 n° 707 ; Cass. 3e civ. 26-5-2016 n° 15-12.750 F-D : RJDA 8-9/16 n° 601). A défaut, le bailleur ne peut plus faire constater l’acquisition de la clause après l’ouverture de cette procédure (Cass. 3e civ. 13-4-2022 n° 21-15.336 FS-B : BRDA 10/22 inf. 11). Le commandement de payer précédemment adressé au locataire et resté infructueux est sans effet (par exemple, Cass. 3e civ. 9-1-2008 no 06-21.499 FS-PB : RJDA 4/08 no 381).

Pour tout autre contrat de location

Échappe à l’interdiction des poursuites contre un débiteur en procédure collective l’action en constatation de l’acquisition d’une clause résolutoire de plein droit qui a produit ses effets avant le jugement ouvrant la procédure collective (Cass. 3e civ. 28-1-2004 n° 01-00.893 FS-PB : RJDA 5/04 n° 590 à propos d’un bail à construction ; Cass. com. 18-11-2014 n° 13-23.997 FS-PB : RJDA 2/15 n° 122 pour un crédit-bail immobilier), même si ce dernier survient au cours de la procédure d’appel de l’ordonnance de référé qui a constaté l’effet de la clause (Cass. 3e civ. 28-1-2004 précité). Il suffit que le débiteur n’ait pas payé dans le délai imparti par la mise en demeure pour que la clause soit acquise (Cass. 3e civ. 28-1-2004 précité).

L’interruption ou l’interdiction des actions en justice de la part des créanciers tendant à la résolution d’un contrat pour défaut de paiement d’une somme d’argent ne fait pas obstacle à l’action aux fins de constat de la résolution d’un contrat de location de véhicules par application d’une clause résolutoire de plein droit ayant produit ses effets avant le jugement d’ouverture du redressement judiciaire du locataire. La clause résolutoire était acquise à l’issue du délai de 8 jours laissé par le loueur au locataire pour payer et donc avant le jugement ouvrant le redressement judiciaire, de sorte que la demande du loueur était recevable.

Lorsque la clause résolutoire d’un contrat de location de matériel a produit effet avant que le locataire fasse l’objet d’une procédure collective, cette dernière n’interdit pas au loueur de faire constater l’acquisition de la clause.

Cass. com. 13-9-2023 n° 22-12.047 F-B, Sté Temsys c/ Sté KC technologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est temps de défendre vos droits

Contactez-nous sans plus tarder